Euh ... beurk.

Publié le par Pattes

***
Je suis en train de découvrir les joies de la vie active.


Tout doucement, hein. On part à Rome trois jours, avec les lettres classiques et les histoire, pour la Pentecôte, soi-disant pour mieux appréhender note programme. Ca part un peu dans tous les sens, c'est Raphaël qui doit tout gérer parce que notre chèèère professeur (je ne supporte pas le "professeure") part en vacances et n'a pas que ça à faire.


Il a trouvé un hébergement, après pas mal de difficultés. On a failli dormir dans un couvent sans douche "oh mais vous n'avez qu'à pas vous laver, deux jours sans douche c'est pas la mort !" avait dit Madâme, donc du vendredi matin au dimanche soir sans se laver, en marchant toute la journée, par 40° dans Rome, très bien. Bon finalement on passe par Athéna, c'est pas plus cher et c'est mieux.

Donc l'hébergement, a priori, c'est assuré, on attend la confirmation à la fin de la semaine pour prendre nos billets d'avion. Ce serait plus intelligent de prendre des billets de groupe, vu qu'on est au moins seize à partir. Tarifs réduits et assurance qu'on sera dans le même avion. Mais non, chacun pour soi a-t-il été décidé en haut lieu, débrouillez-vous.


Bon, avec Blanche on prend nos billets ensemble. Comme ça on sera sûres d'être au moins deux à Rome, et pas une seule perdue au milieu de cette ville hostile (sisi). Et du coup, comme elle a pas Internet, c'est moi qui cherche les billets d'avion. Raphaël en a trouvé à 116€, mais l'avion décolle de Beauvais. Si on ajoute la navette, ça fait des billet à 142€, avec les 119€ d'hébergement, pour juste trois petits jours à Rome, c'est affreusement cher je trouve.

Donc Beauvais. Ca ne nous arrange pas, c'est loin, Orly c'est quand même très sympathique, quitte à payer 15€ de plus. Alors je me coltine les recherche. Vingt moteurs différents pour arriver à des résultats aberrants. C'est crevant en fait de chercher des vacances, je commence à comprendre pourquoi ma mère n'a pas la force de le faire après treize heures de consults.


Et les réponses des compagnies sont souvent peu pertinentes par rapport à ce que je cherche. On me propose départ vendredi soir, retour dimanche matin, c'est le contraire que je veux. J'ai trouvé un billet à quelque chose comme 130€, mais une petite note d'un utilisateur signale que les tarifs changent près la réservation, que les horaires sont bidons.

Je ne peux pas prendre le risque. Alors je continue à chercher, pour l'instant j'ai trouvé 158€ et 163€, c'est pas tellement plus que pour Beauvais. Après, il faut voir d'où part la navette pour Beauvais, si ça se trouve c'est plus simple que d'aller à Orly en métro/RER avec les valises. Le but premier, c'est la simplicité, après tout. Et le confort, d'accord.

Et si on ne prend pas le même avion, il faut avoir un point de ralliement bien fixé, à Rome. Histoire qu'on ne se perde pas dans la Ville. Parce que oui, les portables marchent dans Rome, mais je n'ai pas spécialement envie d'achever mon forfait à coup d'appels à l'étranger qui rejoignent un portable aussi à l'étranger. Et je me méfie de leur sens de l'orientation.


J'y ai passé des heures, et je ne suis pas sûre que tout est bon. Je dois encore appeler Raphaël pour savoir précisément le trajet de la navette, puis Blanche pour lui parler de mes trouvailles. Sachant que dans la plupart des cas la réservation n'est pas encore possible. Ca ne m'amuserait pas du tout de me retrouver avec un lit à Rome mais pas de moyen d'y aller.

Je commence à sentir les problèmes "des grands". Et pourtant, qu'est-ce que j'ai fait, j'ai seulement cherché un avion pour Rome. Je n'ai pas réglé des problèmes d'appartement, pensé à payer mes impôts, mes taxes diverses, amené mon enfant à l'école, rencontré sa maîtresse, et surtout je n'ai rien à payer. L'avantage d'être étudiante et de vivre chez mes parents.


Parce que tout ça, c'est pas drôle. Mais si en plus il faut travailler avant, toute la journée, pour le soir avoir à gérer ça, décidément c'était bien quand j'étais enfant. Pas de soucis, à part la pâte à modeler qui ne faisait jamais ce que j'avais prévu. À part ma grand-mère qui m'obligeait à faire mes gammes. Et les joies simples du chocolat en tablette dans la viennoise beurrée.


La vie active, c'est pas très funky.
***

Publié dans ¡ Prépa pawaaa !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Y'a un peu de ça, oui... Plus le temps passe et moins j'aime ça, en fait..
Répondre
L
La vie "d'adulte", c'est pas drôle tous les jours, mais on s'y fait quand même, et il y a des contreparties intéressantes. :pDe toute façon, c'est pas comme si on avait le choix... T_T
Répondre
P
Je pensais en partie à toi, en écrivant ça. Et pas de regrets pour Rome, le prix du voyage augmente de semaine en semaine ...
Répondre
E
"Mais si en plus il faut travailler avant, toute la journée, pour le soir avoir à gérer ça, décidément c'était bien quand j'étais enfant."Bienvenue dans ma vie -_-Je pensais que c'était un voyage organisé par le lycée moi, ça fait un peu peur votre truc lol, t'as bien fait de prendre ton billet avec celui de Blanche, c'est prudent ;)
Répondre