Peut-être qu'il est aux Champs-Élysées, maintenant.

Publié le par Pattes


Mardi, Jean-Pierre Vernant est mort.

              Jean-Pierre Vernant en 2003 (Sipa)

Ca fait bizarre de penser que ça y est, c'est fini, j'ai perdu toutes me chances de l'écouter un jour en conférence. C'est un monument des littéraires qui s'est éteint, un homme respecté des khâgneux (je parle de ce que je connais), et aimé des professeurs de grec (idem).

Jacqueline de Romilly, je l'ai vue et aimée cette année, à LLG, je donnerais beaucoup pour avoir encore la chance de le faire, elle est ... elle est vieille, à moitié aveugle, peut-être. Mais aussi extraordinairement vive et drôle. Elle fait partie de ces personnes capables d'enthousiasmer un auditeur quelconque pour la Grèce Ancienne.

"Toujours mobilisé par la défense des langues anciennes, dont il s'alarmait de la mort programmée par les options scolaires, le philosophe y voit plus qu'un enjeu d'érudition, le problème de la dette envers les origines. "Notre monde n'est compréhensible que si on cherche comment ça a été fabriqué."", dixit Le Monde du 10 janvier.

Il devait être passionnant à écouter. Je ne pourrai le connaître que par ses livres. Et pas dans un public, en souriant au son de sa voix, en notant frénétiquement ses analyses et ses citations, en buvant ses paroles, comme j'ai pu le faire avec Madame de Romilly.

Une grande page de l'histoire de la littérature antique se tourne. Espérons que Jacqueline de Romilly lui survive longtemps. Même si c'est un voeu un peu égoïste de ma part.
***

Publié dans ¡ Prépa pawaaa !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article