Luv Ya.

Publié le par Pattes

Je crois que je t'aime.

Plus le temps passe, plus tu changes, plus je change, et plus c'est mieux. J'ai passé une nuit merveilleuse, grâce à toi, moi qui n'avais pas bien dormi depuis longtemps. Calme, reposante, juste ... juste bien.

Je n'aurais pas dû me poser autant de questions, à m'en rendre presque malade, par moments. Une fois de plus, je t'ai sous-estimé, tu es bien au-dessus de ce que je pense, à chaque fois.
Ca m'a fait un choc, pour être honnête, de voir qui m'appelait. C'est un événement assez rare pour qu'il soit annonciateur d'un moment important dans ma vie. Et il a été à la hauteur de mon attente.
Je l'avoue, tu as été parfait. Ne pas commencer par le sujet central et problématique, mais par me faire plaisir, me mettre en confiance, me prouver que tu tiens à moi, évoquer la question comme en passant et sans y toucher, revenir à des sujets plus personnels, passer à moi, me parler, me conseiller, me faire sourire, faire des projets ensemble, rire ensemble, vivre.

Tu le savais, que j'avais une boule dans l'estomac, quand tu as appelé? Je crois que tu es un des seuls à pouvoir le sentir, et l'ôter. À réussir à me rassurer, me rendre heureuse. J'étais tellement bien, cette nuit.
A posteriori, oui, hier soir, j'étais heureuse. C'est bien l'ataraxie, l'absence de passions ? Cet état où on ne veut plus rien, et on se sent bien, à la fois vide et comblé ? C'est exactement ça que je ressentais.
J'avais oublié que tu pouvais être aussi compréhensif, chaleureux, enveloppant ... j'adore quand tu joues au grand frère. Quand tu réussis par le simple son de ta voix à me faire ressentir la sensation que je suis dans tes bras.

Et promis, je vais essayer d'arrêter les enchaînements de verbes.
*
*
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article