La communication, c'est l'art de répondre.

Publié le par Pattes

  Blanche, ma mie, votre ode m'a touchée plus que je ne saurais dire. Je me suis vue revenue à mes tendres années, où ces épîtres étaient coutume, et ne serait-ce que pour cela je vous en sais gré.
  Vous m'en voyez d'autant plus émue que vous proposâtes de me sacrifier votre charmant haut rose, qui cependant n'offensait point ma vue.
  Votre compagnie, très chère, me cause un plaisir des plus vifs et dont je ne saurais me passer désormais : ces vacances me seront un déchirement. Si toutefois vous en revenez illuminée et heureuse (et non point épuisée et alcoolisée), je les accepterai sans un soupir, ressentant avec joie votre bonheur.
  Voyez-vous assurée, chère enfant, de mon souvenir éternel et reconnaissant.
Paris, le 24 octobre 20**



J'aime Blanche.
C'est agréable de pouvoir discuter de tout et de rien avec quelqu'un qui associe simplicité et humour identique au mien (ou presque). De retrouver un peu du plaisir des années passées à maîtriser la langue française dans sa complexité et sa beauté, et à pratiquer ces jeux de l'esprit qui m'ont toujours enchantée.
Et pis ... Blanche, elle est belle et elle sent bon ^^
*

Publié dans ¡ Prépa pawaaa !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article