Le latin, ça sert. La preuve.

Publié le par Pattes

Ode à Mathilde (pour une version versifiée, rajouter un rab' de 380€)

Utinam caeca essem! Depuis que je te connais, nihil desidero. Mes lacunes en latin sont terribles (mes notes sont assez éloquentes), j'aurai recours à tes divins talents de grammairienne.
Oh! plaisir insensé que de passer cette année près de toi, les mots se font rares, le bic frétille d'allégresse (ton bic ! ). Le souvenir ému de la soirée à la Guiness Taverne est gravé dans mon âme, comme le tien est enfermé dans ta gorge (lol).
Oserai-je à nouveau souiller tes yeux de mon haut rose layette ? Puisses-tu me pardonner un jour ! S'il faut, à deux genoux, mendier ta grâce !
Mais cessons là ces folles paroles : sache que tu as mon indéfectible affection.
                                        "All is true"
                                        (I love Balzac so much)
    XXX




Voilà à quoi ça ressemble, une ode khâgneuse. Joli, non ? Et composé en direct pour moi, ce matin, j'étais ... touchée.
C'est pas si mal, la vie, en fin de compte ... Peut-être faut-il simplement en voir les bons côtés et abandonner les erreurs et injustices à l'oubli ...
Merci, mon cher écrivain du matin ^^
*

Publié dans ¡ Prépa pawaaa !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article