J'retire c'que j'ai dit.

Publié le par Pattes

C'est un amour, ce type.

Certes, en tant que prof, il laisse à désirer. Beaucoup, même. Ne pas écouter ses élèves, parler dans le vide, se tromper (et persister) dans ses références, n'avoir que quelques exemples, sortir au beau milieu d'une colle pour assurer à son interlocuteur qu'il préfère du lino blanc dans sa cuisine (véridique), refuser de donner un programme pour la première dissertation de l'année et la troisième ou quatrième de la vie de certains carrés ... Il y a des points à revoir.

Mais humainement ... Il est merveilleux. J'avais une colle de philo prévue ce matin, en théorie. Sauf que ...
Sauf que je suis malade depuis samedi, que je viens en cours comme je peux, que j'alterne les phases où, comme samedi, je suis pliée en deux en larmes sur mon lit, et celles où je peux suivre le cours sans me tenir le ventre. Sauf que du coup, je n'ai récupéré mes sujets de colle que mardi en fin d'après-midi. Sauf que j'avais trop mal pour me concentrer sur eux, sans parler de les traiter à l'oral le lendemain matin.
J'ai donc tenté de récupérer un moyen quelconque de le joindre. Entreprise ardue. Après moult recherches, j'ai fini par trouver quelqu'un qui pourrait peut-être m'indiquer son mail. Et après une infinité de questions, j'ai réussi à obtenir son numéro de portable. Enfin. Or donc, ayant la possibilité de lui parler, je me suis jetée sur l'occasion. Et c'est là que le miracle s'est produit.

Je l'ai donc appelé. il a répondu immédiatement, m'a reconnue presque tout de suite. Premier étonnement. Rapidement dissipé, Christophe lui ayant parlé de moi dans l'après-midi. Justement, Christophe. Il "est galamment venu lui dire que j'étais malade, et récupérer mes sujets de colle".
J'ai profité de ce rappel pour lui annoncer que j'étais certes trop mal en point pour réfléchir à ses questions et exposer le fruit de mes recherches devant lui le lendemain, mais que j'en étais surtout éminemment et affreusement désolée.
Et lui, de sa voix chaude : "Mais ne vous inquiétez pas, Mathilde. Nous avons tout le temps de vous trouver un nouveau sujet de colle et une nouvelle date. La priorité, c'est votre santé. Vous devez vous soigner, et nous revenir en pleine forme. J'espère vous revoir bientôt en meilleur état."

Quand je pense que la plupart des profs ne s'intéressent qu'à leur horaires de colle. Refusent de se plier aux contraintes de notre emploi du temps et cantonnent leur présence au lycée sur deux ou trois jours. N'admettent aucun faillibilité estudiantine.
Et lui ... lui qui s'inquiète vraiment pour la santé des élèves, prend soin de les rassurer, établit ses programmes de colle en fonction de nos possibilités ... Certes il est loin d'être parfait. Mais au moins, il est humain.


Et ça change. Merci, Monsieur.

Publié dans ¡ Prépa pawaaa !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article