Bonne journée, merci monsieur-dames nos professeurs ...

Publié le par Pattes


Bien. Bonne journée.


Madame mon professeur d'anglais m'a dit que mon oral était "on the verge of being excellent, quite excellent, but not excellent". Je suppose que c'est positif, non ? Après tout, j'ai trouvé presque toutes les idées à mettre en valeur, j'ai un anglais "quite fluent" et ma seule erreur, c'est de ne pas assez creuser mes bonnes idées.

Madame mon professeur d'option histoire a décidé de nous emmener au Louvre au mois d'octobre, pour rendre visite à nos amies les statues antiques ... Chouette visite, après tout on n'a jamais le temps d'en faire, de ces visites culturelles, en prépa. Et puis ça va peut-être rapprocher nous autres historiens antiques, optionnaires d'histoire et autres khâgneux fous.

Monsieur mon professeur de philosophie, "philosophe, écrivain, professeur", n'a pas daigné répondre à mon intervention musclée. Je trouve ça un peu facile, Monsieur, de me moucher par un "Mais ce n'est pas la question, ce qui nous intéresse ici c'est Kant", au lieu de prendre en compte mon interrogation. C'est un peu facile également de ne citer que les versets bibliques qui vous intéressent et appuient votre théorie.
Et n'est-ce pas une faute de raisonnement de dire que la Bible a été écrite par des hommes en tant que reflet de leur "société machiste et phallocrate", sans vous souvenir des versets qui prouvent le contraire ? Et très peu digne d'un professeur soi-disant à l'écoute de ses élèves de me demander de citer mes sources lorsque je viens de vous en donner ?
Accessoirement, bien évidemment nous vous pardonnons de sacrifier quarante minutes de cours pour passer à la radio, mais évitez de nous en parler pendant les dix premières minutes de cours, et essayez au moins d'arriver à l'heure, pour que nous ayons réellement une heure et demie de cours, au lieu de l'heure que nous avons eue ...




Bonus du soir, le sus-évoqué professeur, sur France Culture, oui oui c'est bien lui, le seul l'unique, l'inimitable (on l'espère en tout cas) ...
C'est magnifique, en une heure de discussion, il retrace les quelques exemples dont il nous rebat les oreilles depuis le début de l'année (et les seuls cités, d'ailleurs), ses prises de position, ses humeurs ... Simplement, il n'a pas osé ponctuer son allocution de son habituel "s'il-vous-plaît" pour réclamer le silence (quoique ...).

Publié dans ¡ Prépa pawaaa !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
incroyable...maladie? conspiration? phénomène sociologique immanent au corps philosophique de l'enseignement d'élite? car il apparait clairement que voici les mêmes symptômes. Ou bien le chaland serait il double?
Monsieur mon professeur de philosophie, "professeur, ex-normalien, ex-vincennes, forgeron, maçon et ébenniste pour bien faire, ayant eu le suprême sacro-saint honneur de respirer le même air que LE plus grand philosophe de la seconde moitié du XXe j'ai nommé le nec-plus-ultra Gilles Deleuze, l'ayant eu comme professeur. Ouf. (inspiration profonde) ". Sa devise pouvant se résummer à "Mon nez, mon chat, Bergson et moi", accessoirement on peut lui pardonner de dériver sur son illustre vie personelle, ou sur d'autre sujets non moins reccomandables tels que l'histoire des poinçonneurs de fourchettes de sa création à nos jours (véridique). Mais est-il bien nécessaire, après un quart d'heure de retard et une demie heure d'appel et de délibération sur les colles (le moindre élève absent le perturbe comme un kantien dans ses habitudes), de nous annoncer l'air quotidien : "bien évidemment, on a commencé en retard on ne fera pas de pause"....
Pour le reste ses pérégrinations délirantes se ponctuent généralement de "s'il-vous-plaît" courroucés et de sa variante plus élaborée "il faut se battre pour faire cour". Son mot d'ordre: "ça sonne déjà, c'est dramatique" ....
comme quoi, le seul, l'innimitable....y-aurait il un genre de ces bêtes là?
PS: toute ressemblance avec des personnes existentes n'est pas du tout fortuite. Ceci est la pure vérité que je vis au quotidien. Ach!
Répondre
P
Je me rappelle avoir croisé, il y a quelques années déjà , à la rue d'Ulm, lors de la Confession (le moment où les non admis viennent demander au jury pourquoi ils ont eu 3 ici et 5 là) une khâgneuse qui avait ce prof et qui trouvait déjà qu'elle voyait plus souvent à la télé qu'en cours. Il faut dire aussi que l'actualité du moment était chaude, et le fait que son intérêt allait plus de ce côté-là que du côté de sa khâgne était à peine voilé... (Mon Dieu, comment est-ce que je peux écrire des jeux de mots pareils...)
Répondre
P
Nous avons en tout cas été prévenus que ses absences ne faisaient que commencer ... Et que notre proviseur de l'an dernier (mutée cette année) avait certifié à la classe que les élèves pouvaient "sécher sans aucun problème du moment qu'il y a une permanence de vingt élèves dans sa salle" ...

C'est tout le problème des professeurs innamovibles parce que connus et très médiatisés, qui ne manifestent qu'un intérêt plus que limité pour leurs cours et leurs élèves ... mais restent en place malgré les récriminations toujours aussi nombreuses.

Il est d'ailleurs un des rares professeurs du lycée à n'avoir pas daigné se déplacer devant l'École, que ce soit pour les résultats d'admissibilité, d'admisison, pour les oraux en général ou pour la Confession ...