Journée pourrie ... j'adore ma famille.

Publié le par Pattes

Je savais bien que j'allais être de mauvaise humeur à la seconde même où j'ai appris qu'ils venaient. Mon oncle, sa femme, la fille de celle-ci, et mon baybay cousin.
Le genre de famille qui me fait découvrir toutes les joies humaines en seulement quelques heures.


Ils arrivent vers midi :
" Mathilde est pas là ?
- Si si, elle est sous la douche.
- À cette heure là ?
- Bah oui, elle a pas notion des horaires. "


Nan mais si vous êtes pas contents, je peux rester sous ma douche, elle m'aime, elle. Le rythme de travail le plus efficace que j'aie trouvé, c'est lever 8h30, boulot jusqu'à midi environ, douche, repas, et re boulot. Alors faudrait savoir ce qu'ils veulent.
Ils sont tout sourire quand la fille d'Elisabeth finit première de sa promo en ayant été insupportable toute l'année, genre repas sur le pouce ou dans sa chambre, horaires très heu ... personnels, et moi je ne peux même pas me doucher quand je veux ?


Rebelote après l'apéro :
" On est allés chercher des chaises dans sa chmabre, c'est épouvantable.
- Quoi donc ?
- C'est rangé, hihihi, très mal.
- Oh ? Je vais voir. [...] Ah effectivement. Oh mais c'est épouvantable ! Mais c'est épouvantable ! "


Vous êtes au courant que je suis en prépa ? Pour bosser c'est quand même plus pratique d'avoir le Gaffiot ET le Bailly à côté du bureau, pour enchaîner les versions, plutôt que d'avoir à se lever au milieu de tout ... En plus c'est mieux rangé le soir quand j'ai fini mon dur labeur qu'en milieu de journée, forcément.
C'est pareil, s'ils sont pas contents, z'ont qu'à pas venir dans ma chambre, et pis c'est tout. Nan mais. En groupe, en plus, genre "oh regardez j'ai trouvé une nouvelle attraction comme c'est rigolo".


Pendant le repas, forcément :
" Bah qu'est-ce que t'as que t'as l'air de mauvaise humeur ?
- Rien, je suis juste fatiguée, merci.
- Oh, faut dire que t'es lunatique, aussi. "


Merci papa, merci maman. J'adore le soutien que me procure ma famille proche. Dites-leur donc carrément que c'est eux qui augmentent de façon phénoménale mon agacement, ça ira aussi vite. Aucune psychologie, mes parents, par fois.
Et eux qui en rajoutent. "Fatiguée ? Ma pauvre." Rhô ça va, lâchez-moi. Permettez-moi juste de retourner faire mon latin et laissez-moi crever en paix. Vous ires chercher mon cadavre avant que l'odeur ne se soit infiltrée dans les pages du Gaffiot, s'il-vous-plaît.


Et mon ptit cousin, trois ans bientôt, tout mignon : " et pourquoi le monsieur il fait ça ? et pourquoi c'est un méchant ? et pourquoi le marsupimimi il fait ça ? et pourquoi sa queue elle est comme ça ? et pourquoi ? et pouquoi parce que ? "
Nan mais ça suffit ! C'est marrant deux secondes, mais au bout de dix minutes, ça va ... Au moins ça confirme mes plans pour le futur : pas d'enfant, c'est très bien.


Et ma cousine : " Dis, t'aurais pas un élastique ? Et regarde je suis déguisée en princesse ! Et t'as vu ce qu'il fait Pierrot ? Et j'peux ravoir des pêches ? Dis maman est-ce que je peux ? Dis dis j'peux ? " Mais tais-toi ! Si elle est comme ça à son âge, qu'est-ce que ça va devenir à l'adolescence ?


Je crois que je suis asociale. Dès que je suis avec des gens, ils m'agacent, je deviens désagréable. Ils reviennent plus, et hop, je suis encore plus asociale.
En plus, j'ai pas réussi à finir la moitié de mon programme de boulot du WE. Génial.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article