Coup de blues du jour, espoir toujours ...

Publié le par Pattes

Alors comme ça, on vit dans un pays totalitaire ? On ne peut même plus être de mauvaise humeur sans raison, il faut toujours expliquer, expliquer, tout expliquer ?
Et si j'étais juste de mauvaise humeur ? Juste comme ça, comme une pulsion incontrôlable, et que toutes ces questions stupides sur une mystérieuse cause cachée n'arrivaient qu'à me mettre encore plus de mauvaise humeur ? À me rendre encore plus irritable ?

Marre du mauvais temps alors qu'on est censés être en été aujourd'hui, marre d'être coincée à la maison ce soir alors que je voudrais sortir, d'avoir mal à la tête et au ventre, que mon écharpe soit mal repassée, que grand-père vieillisse si vite et si mal, que maman travaille autant, que mamie traîne chez elle au lieu de pouvoir sortir, que papa parte tout le temps, qu'Edouard soit en pleine crise, qu'il y ait des moustiques la nuit dans ma chambre, de dormir si mal la nuit, d'être en permanence fatiguée dans la journée, d'être encore triste malgré les années que ceux qui se prétendent mes amis se fichent royalement de ma vie, lasse de ma tête et de moi ...

Je voudrais tout changer ... coupe au carré, cheveux noirs, mèches rouges, lentilles de contact, nouveau style vestimentaire, plus de bonne humeur, de courage, plus d'assurance, plus de ... de bras en fait ...
Vivement un vendredi sans problème avec du réconfort en vue ... qui n'arrivera sans doute pas, je sens d'ici un changement de programme imprévu ou simplement un interlocuteur une fois de plus peu à la hauteur pour me consoler ...

Et avec tout ça, je reste une petite bourgeoise parisienne, qui mange à sa faim, a un endroit où loger et des gens sur qui elle peut compter, un confort bien suffisant, des caprices assouvis presque immédiatement, une famille qui me soutient et m'aime ...
Et comme tous les gens qui ont une vie correcte, je me plains ...

Je voudrais une vie plus simple, simplement arrêter de me poser des questions et avancer ... Sourire en chantonnant dans la rue, ne pas penser à ce qui m'arrivera demain ...
Comme une envie d'enfance qui me revient tout à coup, de ces chocolats au lait froids au goûter avec une tartine de poudre de cacao, de ces parties de corde à sauter dans la cour avec Armand et Lamiaa ...



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article