La dernière ligne droite.

Publié le par Pattes


Bon. Ce matin a commencé ma dernière semaine de concours blancs de toute ma vie d'ex-future-normalienne. (Je ne me fais pas d'illusions, je suis sûre que des épreuves blanches, j'en verrai d'autres. Mais quand même, les dernières en tant que khâgneuses, c'est important.)

Du coup, j'ai rédigé ce matin mon avant-dernière copie d'histoire. Joie. Non vraiment hein, l'histoire et moi c'est pas le grand amour, l'idée que dans deux mois je n'en ferai plus jamais me réjouit profondément (même si le français répugne aux italiques, je suis de bonne humeur alors je m'en fiche. Non mais.)


Ceci dit, elle nous a quand même donné un sujet vache. Enfin c'est un peu plus compliqué que ça. Quand elle a distribué les chronologies, j'ai entendu, comme mes voisins de fond de classe, la rumeur effrayée/désobligeante vis-à-vis du sujet. Le sujet finit par m'arriver aux oreilles avant la feuille aux mains,  "le rôle de l'armée de l'air dans les relations internationales de 1945 aux années 1980".

De quoi pleurer donc, d'autant qu'en parlant avec Camille vendredi, j'avais appris qu'elle avait rédigé une fiche sur l'aviation dont elle espérait n'avoir jamais besoin de se servir. "Le rôle de l'armée de l'air", la bonne blague. Comme si on était spécialisés dans l'aviation militaire, nous qui déjà avions hurlé à la mort devant le sujet "l'armée et la nation française", elle récidivait dans un sourire sadique.


J'ai fini par avoir la chronologie du sujet. Et là surprise. En fait, le sujet, j'avais mal entendu. "Le rôle de l'arme nucléaire dans les relations internationales de 1945 aux années 1980". C'est pas que ce soit évident à traiter, mais contrairement à mes congénères moins sourds, je ne m'attendais pas du tout à devoir traiter de la bombe atomique. Et du coup, ça m'a remise de bonne humeur.

Comme quoi, il en faut peu. À part ça, je m'étonne toujours autant de la propension que j'ai à mettre plus de temps pour rédiger une copie en deux parties qu'une en trois parties. Alors que les parties font dans les deux cas sensiblement la même taille, trois sous-parties d'une page environ. Alors pourquoi est-ce que six sous-parties me prennent-elles plus de temps que neuf à rédiger ?

D'autant que j'avais fini mon plan et mon introduction avec une heure d'avance sur mon rythme habituel. Mystère insondable de la copie d'histoire. Remarquez, le problème m'est assez vite sorti de la tête quand j'ai appris que les K2 avaient eu "La Méditerrannée" à traiter... Je ne sais pas trop sur quelle période, mais je la soupçonne de leur avoir concocté un sujet spécial décolonisation + tirailleurs sénégalais. Je le sens bien en "de la Seconde Guerre mondiale à nos jours", ou un équivalent vicieux.


Enfin, c'est les vacances, demain philo, ça sera sur "l'art la vérité l'intelligible et le sensible, enfin un rapport entre deux de ces notions". Un truc comme "y a-t-il une vérité de l'art ?" ou "l'art de la vérité", ça me ferait rire. Enfin tant que je n'ai pas à le traiter, quoi. De toute façon, je caserai mon tout nouveau tout beau savoir sur Oscar Wilde et son life imitating literature et pas l'inverse, art for art's sake.


Tiens, faut que je me souvienne d'acheter An Ideal Husband.



(comme Over-blog est stupide, il refuse d'afficher l'autre article du jour...)
***

Publié dans ¡ Prépa pawaaa !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
C'est fort urbain d'aimer les prépa ^^

Euh pour l'instant ça ne me tente pas, je préfère rester dans ma tête, mais merci, je garde la proposition en mémoire ^^
Répondre
A
Hello ! Par chez nous, on aime les prépa :D
Non, plus sérieusement, si ça te dit un jour de devenir une Etoile d'Encre... fais signe ;)
Répondre
P
Je t'ai tuer, c'est ça ? :p
Répondre
E
EtoufféEEEE!
Pardon c'est la fatigue^^
Répondre
E
Mon Dieu j'ai failli mourir étouffer de rire, bravo Mathilde.
Je viens de rentrer et je mangeais tranquillement un petit écolier ( malheureusement le dernier de la boite, mais je m'égare ) en te lisant et voilà, j'ai failli en mourir :
Le passage de "l'armée de l'air" à "l'arme nucléaire" m'a tuée lol.
Si jeune et déjà dure d'oreille, c'est terrible mais hilarant ;)

Bisouuuus!
Répondre