C'est moche, la nature humaine.

Publié le par Pattes

Mais tellement normal.

J'ai revu Laurent hier, tout à fait par hasard. C'est pas que je l'aimais particulièrement, mais il me faisait rire, avec son quad orange et ses allures de marchand de tableaux en pull rose. Des mois qu'on l'avait pas croisé, aux dernières nouvelles il était parti au Canada je crois.

Enfin quand je l'ai rencontré hier, j'étais avec ma grand-mère. Il nous voit, on s'approche, il nous claque la bise, fais un grand sourire pour demander "Et comment va André ?" Sauf que ma grand-mère a répondu la vérité. "Mal."

Et curieusement ou pas, il a réagi comme tout le monde. Le sourire qui se ferme, devient gêné, il a murmuré un "ah bon ?" avant de la regarder gentiment, faire un petit sourire encore plus gêné, et d'aller dire bonjour à quelqu'un d'autre. Comme tous l'avaient fait avant ou presque.

Parce que généralement, quand les gens demandent le matin dans un grand sourire de nos nouvelles, c'est pas pour entendre que ça va mal. La réponse attendue est bien entendu que tout va bien, à la limite que oh mon dieu quelle mauvaise nuit ou quel temps de chien. Mais pas plus.

Il n'y a que les amis qui demandent comment ça va pour entendre la vérité, et qu'eux qui savent réagir devant la réponse, aussi. Sauf que ma grand-mère, des amis... elle en a peu. Des gens prêts à l'aider éventuellement, oui. Une famille en or, oui.

Je ne connais qu'elle qui ait douze frères et soeurs ((sans les morts, on arrive à neuf) et leurs enfants) prêts à tout pour s'entraider, qui se tiennent toujours les coudes dans les difficultés, qui sont là quoiqu'il arrive. C'est d'ailleurs le schéma qu'on reproduit à la maison, celui dont je comprend le prix chaque fois que je regarde la vie des autres.

Parce que globalement, les gens... ça sonne très manichéen, mais ils sont assez égoïstes, assez renfermés, et prêts à tout pour leur petit confort.
***
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Tu sais, les autres, quand ils lui ont demandé comment il va, ils savaient déjà que ça va pas. De toute façon qu'est-ce que tu veux répondre quand on t'explique une situation comme ça ?

Autour de moi on me dit "courage", "ça ne va pas aller en s'améliorant mais courage", "on est là si vous avez besoin". Ca me va, parce que je ne vois pas très bien ce qu'on pourrait me dire d'autre.

À la limite, il faudrait ne pas me laisser le choix et me prendre dans ses bras. Mais je ne connais qu'une personne qui ferait ça. Et je ne la vois pas assez en ce moment. Alors tant pis. La vie continue, de toute façon.
Répondre
A
je crois que tu te fermes des portes à penser ça...
 
moi je crois effectivement qu'à part à un ami il est difficile de répondre "mal", que l'ami saura réagir, et que si il n'y arrive pas ion n'a pas à lui en vouloir. Quelqu'un que tu ne considères pas comme un ami et à qui tu réponds ça c'set que tu as envie de le choquer, c'set pas ça qui va le mettre à l'aise, c'est pas ça qui va lui donner les forces pour te soutenir. Qd on abat quelqu'un comme ça si on veut un réconfort de sa part faut lui en donner aussi, s'expliquer un peu sans qu'il ne pose de question sur ce qu'on vient de balancer, parce que peut ^petre qu'il n'osera pas, sinon effectivement c'est le malaise.
 
bon je sais pas si c'set compréhensible car ça fait plusieurs semaines que je dors très mal, mais pour moi cette idée que je te donne c'set pas de l'égoïsme mais de l'humanité.
 
j'arrête mes délires et je vais faire dodo sur mes cours
 
bzx cocotte
Répondre