Tout se craquelle, tout est détruit.

Publié le par Pattes


J'étais encore malade aujourd'hui, alors je ne suis pas allée en cours, ni au Salon du Livre avec Blanche. À la place, j'ai dormi, dormi, et j'ai bossé un peu. Soit.

Il faisait beau quand je me suis levée ce midi. Grand soleil, ciel bleu ma- gnifique, j'ai ouvert la fenêtre en grand et j'ai passé la tête dehors pour sentir l'air chaud. Ca faisait longtemps, malgré ma gorge douloureuse ça m'a fait sourire.

Ce soir, j'étais de bonne humeur en sortant avec ma mère et mes grand- parents. Un petit sourire accroché sur le visage,  qui s'élargit quand Jean- Luc me fait un petit signe de loin, quand Nora fait des grands coucous pour que je la voie, quand Philippe vient me voir.

rachel-joey-hug.jpgEt là, j'ai juste envie de me cacher sous mon édredon. Non, plus exactement, j'ai envie de me jeter dans des bras pour raconter et pleurer. Comme je n'ai pas de bras à disposition, j'écris ici, c'est presque comme si je racontais. La chaleur et le parfum en moins, le réconfort en moins aussi. Mais chacun fait avec ce qu'il a.

La maladie avance doucement chez mon grand-père depuis des années, parfois elle accélère. C'est le cas depuis quelques temps, il marche de moins en moins bien, il perd la tête plus qu'avant. Et ce soir, il ne pouvait plus marcher. Enfin, "plus"... il a une résistance à la douleur assez in- croyable encore, mais à chaque pas il grimaçait.

Se repose du coup la question qui tourne dans les têtes de la famille : si c'est bien un problème de moëlle qui comprime ses nerfs, est-ce qu'il faut l'opérer ? Est-ce qu'on peut, est-ce qu'il n'est pas trop vieux, est-ce que ça ne va pas lui faire perdre complètement la tête, est-ce qu'il pourra mar- cher à nouveau si on le fait, est-ce que la chaise roulante n'est pas une solution, est-ce que est-ce que est-ce que, que des questions sans forcément de réponse, les médecins qu'on va voir refusent de se mouiller et de répondre, ça va être mes parents qui vont devoir répondre et décider, c'est pas forcément bon que ce soit la fille qui décide pour le père, où va-t-on, combien de temps grand-père va tenir, quand est-ce que mamie va craquer et vraiment plus supporter la situation, à partir de quand on a le droit de s'ouvrir les veines ?


J'en peux plus. Mais je tiens, je dois tenir, si chacun commence à craquer devant les autres membres de la famille, tout le monde va devenir fou, alors on fait bonne figure, et chacun pleure sur son oreiller, c'est pas la peine d'abîmer plus sa mère, sa grand-mère, sa fille, son gendre, son père, son mari...
***
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Merci...
Répondre
C
Courage petite !
Répondre